menu-mob.png

La dimension humaine du MDM

 |
October 18 2014

abgrapg1

La quasi-totalité (90 %) des entreprises de pointe (les 20 % plus performantes) ont mis en place une stratégie MDM formelle, en corrélation directe avec leurs résultats en termes de qualité des données, d’efficacité des processus, de croissance des revenus et de réduction des coûts. Toutefois, une stratégie MDM implique de la complexité, englobant des solutions technologiques, leurs utilisateurs et les procédures organisationnelles qui les régissent. En termes de technologie pure, les solutions de type MDM présentent une grande diversité. Certaines sont conçues pour ne gérer qu’un seul domaine de données, d’autres plusieurs. Certaines offrent une grande richesse fonctionnelle, d’autres traitent parfaitement quelques processus. Les études d’Aberdeen sur le MDM indiquent les éléments des projets de gestion des données les plus déterminants pour une performance de pointe.

L’une des tendances principales que montrent les dernières études sur le MDM réside dans le fait que les entreprises de pointe se démarquent toujours plus des autres. Beaucoup plus que par le passé récent, elles présentent une adoption grandissante de stratégies organisationnelles et de catalyseurs technologiques. Ainsi, elles se positionnent solidement pour gérer une croissance rapide des données et les nouvelles complexités des environnements MDM. Bien entendu, tous ces projets organisationnels et ces déploiements technologiques nécessitent l’aval d’une autorité, plus de deux tiers des leaders bénéficiant d’un parrainage et d’un soutien de leurs programmes MDM par la direction. En général, un manque d’appui de la direction constitue un obstacle majeur des programmes MDM, ses membres ne comprenant pas toujours l’importance de la qualité des données ou éprouvant des difficultés pour évaluer le ROI des programmes. Toutefois, les statistiques indiquent que cette tendance s’inverse graduellement. Dans toutes les entreprises, notamment les moins performantes, un nombre grandissant de hauts dirigeants soutiennent les programmes MDM et autres relatifs aux données. Alors que la majeure partie des dirigeants concernés sont des CEO ou CIO, 28 % et 26 % des entreprises indiquent respectivement que le directeur commercial et le directeur marketing figurent parmi les acteurs du MDM.

Une fois le soutien de la direction obtenu, les leaders prennent le temps d’impliquer le reste de leur personnel. Les leaders sont plus de deux fois plus susceptibles que les autres de développer en interne des compétences en matière de gestion des données et d’analyse. Ils investissent dans leurs outils analytiques pour améliorer la compréhension des ressources et la qualité d’analyse. Les programmes internes permettent à une entreprise d’ajuster les compétences de son personnel sur les objectifs métier. Les leaders ont plus de deux fois plus tendance que les autres d’utiliser des équipes interfonctionnelles formées de techniciens et d’opérationnels. Ces équipes expriment les souhaits et les besoins des utilisateurs en termes de MDM et elles peuvent comprendre les exigences de chacun. Les leaders ont également plus de deux fois plus tendance que les autres à mettre en place une formation normalisée sur les systèmes de gestion des données.

La réussite du MDM implique plus que la technologie. Les entreprises de pointe investissent dans les individus contribuant à optimiser l’impact du MDM dans toute l’organisation.

À propos de l’auteur

Peter Krensky est un analyste-chercheur du pôle Analytique et décisionnel (BI) d’Aberdeen Group. Chez Aberdeen, il produit des études informatives pour dévoiler les avantages métier de diverses solutions technologiques. Ses travaux identifient les bonnes pratiques de déploiement technologique pour obtenir des performances optimales. Ses principaux domaines d’étude comprennent l’analytique en temps réel, la visualisation des données, le décisionnel libre-service et le décisionnel cloud/SaaS, ainsi que les applications analytiques par fonction et secteur. Peter possède une licence en histoire avec mention du Amherst College (Amherst, Massachussets).

 Auteur : Peter Krensky, analyste-chercheur, Aberdeen Group




← Article précédent
Prochain article →