menu-mob.png

Comment les données contribuent à lutter contre les conséquences fatales des médicaments contrefaits

 |
February 09 2017

Australie-faux-médicaments-©B.-BOISSONNET-BSIP.jpg

Le médicament contrefait incarne un vaste problème mondial. Pour vous et moi en tant qu'individus, il s’agit d'une question de santé, voire de vie ou de mort. Pour l'industrie pharmaceutique, les produits contrefaits risquent de détruire des marques, car ils nuisent à la fois aux sources de revenus et à la réputation des laboratoires.

 

Il y a quelques années, la FDA américaine (Food and Drug Administration) a averti les médecins et les cabinets médicaux d'une possible contamination de leurs stocks de Bevacizumab, un médicament utilisé en association dans la cadre de chimiothérapie pour arrêter la croissance des tumeurs. Il s'est avéré que plusieurs patients cancéreux ont en fait reçu de l'amidon de maïs à la place de médicaments anticancéreux. Avant son arrivée aux États-Unis, le Bevacizumab contrefait avait transité par la Turquie, la Suisse, le Danemark, le Royaume-Uni et le Canada.[1]

À Singapour, quatre personnes sont décédées et sept autres ont souffert de graves lésions cérébrales ; leur taux de glycémie ayant fortement chuté après l'absorption de médicaments contrefaits censés traiter les troubles de l'érection. Ils contenaient, en réalité, une dose importante d'une substance active utilisée pour traiter le diabète.[2]

0D22D61B-E2A8-4782-B5B8-1D03F80CAB95.jpg

 Crédit image : http://www.fakemedicinesrealdanger.com/web/about-counterfeiting

Pour la population des régions les moins privilégiées du monde, le problème est si grave que nous avons du mal à l'appréhender. D'après un long métrage récent de la BBC citant l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), plus de 120 000 personnes meurent par an en Afrique à cause de faux médicaments antipaludéens et environ un tiers de tous les antipaludéens en Afrique subsaharienne seraient contrefaits.[3] D'après une autre source, les médicaments antipaludéens falsifiés ont provoqué un total estimé de 122 350 décès d'enfants africains en 2013.[4]


Les chaînes logistiques complexes et le développement mondial aggravent le problème.

Outre toutes les conséquences les plus dramatiques, le problème témoigne des lacunes dans le système d'approvisionnement pharmaceutique, ce qui nuit à la crédibilité du secteur médical et pharmaceutique. De plus, il représente d'énormes pertes financières. Un rapport de 2014 indique que les médicaments contrefaits coûtent aux entreprises américaines plus de 200 milliards de dollars par an et sont responsables de la perte de plus de 750 000 emplois.[5] L'OMS estime le coût annuel à près de 37 milliards de livres.[6]

Alors que la fabrication de médicaments se déplace vers des marchés moins développés et que l'essor du commerce en ligne se poursuit, la menace des médicaments contrefaits prend davantage d'ampleur. En quelques années seulement, le nombre des saisies de comprimés faux ou illicites a bondi de 2,4 millions en 2011 à 20,7 millions en 2015.[7]

L'industrie pharmaceutique mondiale possède des réseaux complexes qui sillonnent le globe, ce qui rend difficile la lutte contre la contrefaçon. Un simple comprimé peut transiter par une douzaine de pays pendant son processus de fabrication, ce qui offre de multiples occasions aux criminels d'introduire de faux médicaments dans la chaîne logistique. Sabine Kopp, secrétaire exécutif du Groupe spécial international de lutte anti-contrefaçon de produits médicaux (IMPACT) et chef du programme à l'OMS de lutte contre les contrefaçons, a observé des cas de livraisons de médicaments à des hôpitaux dans lesquelles des produits contrefaits ont été ajoutés aux lots authentiques : « Les faussaires falsifient simplement les documents de livraison en ajoutant un zéro supplémentaire à la quantité fournie, puis comblent la différence en ajoutant leurs propres cartons à la commande », déclare-t-elle dans un bulletin de l'OMS.[8]

 
Le secteur doit améliorer les processus de gestion des données

Pour un fabricant ou un distributeur de produits pharmaceutiques, le meilleur moyen de lutter contre la fraude consiste à pouvoir surveiller toute la chaîne logistique en suivant ses produits à chaque stade de leur cycle, de l'usine au patient. En outre, il doit gérer de manière stricte l'identification et l'étiquetage et élaborer des dispositifs de protection efficaces pour l'emballage des produits. Ils doivent permettent au patient d'identifier facilement le produit tout en rendant coûteux et difficile pour les faussaires de le reproduire.

Les sociétés pharmaceutiques les mieux armées pour s'attaquer au problème sont celles qui :

  • Tracent tous les produits et leurs ingrédients à travers la chaîne logistique dans son intégralité
  • Fournissent une source de données fiables comme celles d'emballage pour la production des conditionnements et les rapports de conformité
  • Complètent les informations produit par d'autres données connexes telles que les sites de fabrication
  • Possèdent des procédures d'étiquetage strictes et cohérentes pour assurer une identification complète de chaque produit détenu
  • Corrèlent les informations de sources hétérogènes pour déterminer des profils de chaîne logistique
  • Gèrent les données de brevet et de propriété intellectuelle dans le cadre de la gestion du cycle de vie des produits
  • Ajoutent des identifiants de production sur les étiquettes des médicaments (conformément à la directive européenne sur les médicaments falsifiés de la Commission européenne)

L'énorme enjeu de la contrefaçon souligne la nécessité pour le secteur d'améliorer les processus de gestion des données et de garantir des normes élevées de gouvernance des données dans l'industrie pharmaceutique. L'instauration récente de la réglementation sur l'identification des produits médicaux (IDMP) au sein de l'Union européenne ne fait que renforcer cette nécessité.

Sans une meilleure gestion des données, les individus et l'industrie pharmaceutique elle-même seront les perdants. Découvrez comment améliorer la sécurité des produits pharmaceutiques et en assurer la bonne conformité réglementaire.

 

 

[1] https://newrepublic.com/article/121589/counterfeit-medicine-global-problem
[2] http://www.who.int/bulletin/volumes/88/4/10-020410/en/
[3] http://www.bbc.com/news/business-37470667
[4] http://www.natureworldnews.com/articles/14221/20150421/fake-medication-is-a-global-problem.htm
[5] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4105729/
[6] http://ec.europa.eu/health//sites/health/files/files/eudralex/vol-1/dir_2011_62/dir_2011_62_en.pdf
[7] http://europe.newsweek.com/fake-drug-industry-exploding-and-we-cant-do-anything-about-it-333176?rm=eu
[8] http://www.who.int/bulletin/volumes/88/4/10-020410/en/

 




← Article précédent
Prochain article →